Marine Le Pen, s’est rendue à Prague le 5 mai 2015 pour participer à une conférence organisée par le MENL “L’avenir de l’Europe après l’Union européenne”. Vous pouvez trouver si après le discours prononcé lors de cette conférence tenue au sein du Parlement national tchèque :

 

Mesdames Messieurs,
C’est avec un grand plaisir que je m’adresse à vous aujourd’hui. Dans votre Chambre des députés, à Prague, ville magnifique que je ne connaissais pas encore mais que j’espérais évidemment connaître un jour (sourire).

 

Dans votre République qui symbolise à mes yeux comme dans d’autres pays d’Europe l’histoire d’un peuple qui s’est battu et se battra encore et toujours pour son indépendance.

 

Je ne connais pas encore très bien le peuple tchèque mais je l’aime déjà car il ressemble étrangement au peuple français.

 

En effet, nos deux nations sont les héritières d’une longue et glorieuse histoire et nos deux peuples, les porteurs de valeurs communes.

 

Du royaume de Bohème de Charles IV au 14e siècle au divorce de velours avec la Slovaquie en 1993, les Tchèques n’ont jamais transigé avec leurs idéaux démocratiques.

 

Même après la perte de votre indépendance en 1526 et de vos droits après la bataille de la Montagne Blanche (Bilà Hora) face aux Autrichiens, malgré l’invasion allemande de 1939 et la partition de votre Etat, malgré le Pacte de Varsovie et la douloureuse tutelle soviétique de 1945 à 1989, vous avez toujours su redresser la tête et défendre la liberté pour cette terre tant convoitée.

 

C’est la marque d’un grand peuple que de défier l’histoire et la géographie.

 

Le thème de notre première conférence, placée sous l’égide du Mouvement pour une Europe des Nations et des Libertés, est aujourd’hui : “Quelle paix et quelle prospérité pour l’Europe après l’Union européenne?”
Pour certains cette question, d’une très grande complexité, semblerait curieuse.

 

Notamment pour ceux qui confondent l’Europe, notre continent, notre territoire où des peuples semblables ont évolué, se sont battus et ont progressé depuis des millénaires, avec l’Union européenne projet utopique et dangereux telle l’Union soviétique qui finalement à été imposée et a transformé l’idée d’une coopération européenne en un cauchemar bureaucratique, fédéraliste au sein de la mondialisation ultra-libérale.

 

Ce cauchemar me renvoie à celui imaginé par Franz Kafka, écrivain pragois, dans sa première œuvre principale « Métamorphose » écrite en 1912.

 

Il y fait le récit d’un représentant de commerce qui se retrouve un matin dans la peau d’un insecte et doit s’habituer à sa nouvelle condition.

 

Cette œuvre peut illustrer le changement imposé aux nations libres qui sont aujourd’hui contraintes de se fondre dans le corps de cette créature monstrueuse qu’est devenue l’Union européenne.

 

L’Union européenne est une folie se drapant des oripeaux d’un semblant de démocratie où l’idéologie de ses maîtres a rendu impuissants et lâches la plupart des leaders politiques. Des personnes majoritairement incapables de nous protéger ou au pire de nous préparer aux terribles dangers qui menacent réellement la paix depuis la Deuxième Guerre mondiale.

 

Le peuple tchèque, plus qu’un autre, peut mesurer les conséquences dramatiques de la perte de souveraineté.

 

Ne soyons pas naïfs, la paix est un bien précieux qu’il est très difficile de conserver s’il n’y a pas de garde-fous élémentaires. D’ailleurs, la guerre a souvent servi à l’expansion et au progrès que bien des nations ont usé et abusé jusqu’au jour où une part de l’humanité a considéré qu’il serait possible de prospérer économiquement sans passer forcément par l’expansion militaire. C’est en quelque sorte le paradigme qui doit motiver notre espérance aujourd’hui, préserver la paix et la prospérité tout en sachant nous défendre. C’est l’espérance en France de millions de citoyens de plus en plus nombreux à me rejoindre et à travers l’Europe auprès de nos alliés qui sont aussi courageux qu’il est possible de l’être.

 

Cela doit être l’espérance des Tchèques.

 

La Nation est selon moi un aboutissement, la moins pire des formes d’organisation des hommes et des territoires. Un modèle né de l’histoire et de sacrifices parfois incommensurables. La Nation est selon moi le cadre le plus performant pour la défense de l’identité, de la sécurité, de la liberté, de la prospérité, et même de la culture de la langue d’un peuple.

 

Votre langue que des générations de tchèques ont préservé à la suite de la perte de votre indépendance et de de l’hégémonie germanophone. Le sentiment national tchèque s’est construit sur la culture et sur la langue.

 

La langue, c’est la Nation elle même ! Joseph Jungmann ne disait-il pas en 1806 : « Est Tchèque, celui qui parle tchèque ! ».

 

Ce combat pour la défense de nos langues nationales est plus que jamais d’actualité face au rouleau compresseur du globish qui tente de dissoudre les identités et de les fondre dans un bloc mondialisé.

 

Nos puissants adversaires veulent défaire notre bien le plus précieux censé protéger et faire prospérer l’acquis culturel et économique de nos aïeux, – la démocratie nationale – qui fixe un territoire et protège les plus faibles d’entre nous. Totalement éloignés des réalités ces gens veulent détricoter l’histoire et jeter nos peuples dans l’inconnu et de ce soi disant village mondial où les seuls gagnants sont évidement les gagnants de la mondialisation la plus cupide. Ils se jouent d’ailleurs de la démocratie afin d’imposer leur agenda coûte que coûte !

 

Voyez vous même en cette année 2015 qui pour les Français et les Hollandais nous rappelle le triste anniversaire des 10 ans du NON au référendum sur le traité constitutionnel européen.

 

Il y a 10 ans, des millions de citoyens avaient dit non au fédéralisme européen et malgré cela ceux censés les respecter et défendre leur volonté les ont trahis par la tromperie en faisant adopter, non plus par les peuples directement mais par les parlements, la plupart du temps de moins en moins représentatif de la population, le traité de Lisbonne copier-coller grossier du funeste projet de constitution européenne.

 

A vous tous ici présents permettez-moi cette célèbre maxime : “gouverner c’est prévoir” or rien n’a été prévu ou n’est prévu d’ailleurs malgré les avertissements des patriotes que l’on diabolise via des médias serviles et ce malgré la réalité des faits. Une vérité que la presse, occidentale en particulier, ne peut plus cacher.

 

Voyez ces milliers de morts en Méditerranée ! Ce sont eux ! Ce sont eux qui en déstabilisant la Lybie et la Syrie ont détruit ces pays et provoqué l’exode de millions de désespérés.

 

L’Union européenne soumise à l’OTAN s’est transformée en un tombeau de nos espérances. Nos économies ne sont pas protégées au minimum, comme le font les grandes puissances mondiales, l’euro monnaie unique et la banque centrale européenne plombent nos économies, des règlementions invraisemblables ont notamment permis d’instaurer le nouvel esclavagisme transfrontalier au sein même de l’Union européenne  alors que l’insécurité et le terrorisme islamiste augmentent de façon exponentielle. L’immigration intra et extra européenne menace la stabilité économique et sociale même jusqu’ici en République tchèque.

Please check your e-mail for a link to activate your account.